Malcolm The Akita : la belle et la bête !

Malcolm The Akita : la belle et la bête !

malcolm-akita-city-pattes

Rencontre avec May, l’heureuse maîtresse de Malcolm, nounours de 52 kilos qui a ravi son cœur et celui de dizaines de milliers d’instagrameurs.


•   Racontez nous votre rencontre avec Malcolm.

Suite au décès prématuré de mes deux Huskies sibériens, j’étais tellement malheureuse que je m’étais promis de ne plus jamais avoir de chien. Un jour, mon chéri ma fait découvrir l’akita, et après avoir bien réfléchi sur la compatibilité de la race avec nos envies et notre mode de vie, nous avons décidé d’en adopter un… et voilà comment Malcolm est arrivé !

•   De quelle origine est l’Akita ?

L’akita, est une race ancestrale japonaise. Autrefois élevé pour chasser l’ours, l’akita fut tour à tour utilisé comme chien de combat puis comme gardien de la progéniture royale. Malcolm est un akita américain qui a les mêmes origines que l’akita japonais, seulement ses ancêtres ont été croisés le Mastiff et le Tosa pour avoir un côté plus molossoïde. La race a été par la suite développée aux États-Unis.

C’est une race primitive comme celle des chiens nordiques, mais c’est leur seul point commun. Autant mes huskies réclamaient d’aller courir deux à trois heures par jour pour évacuer leur trop plein d’énergie, autant Malcolm est très calme. Si sa stature laisse à penser qu’il a besoin de se dépenser et bien c’est tout le contraire ! Malcolm adore se balader tranquillement, sentir les bonnes odeurs et faire la sieste. Un vrai « petit » pépère !

•   Quelles sont ses particularités ?

L’akita est un chien indépendant, réservé, intelligent qui a conservé ses instincts de gardien et de chasseur. Il a également un tempérament « agressif » envers les congénères du même sexe. C’est pour cette raison qu’il est important de le socialiser pour atténuer ce comportement. Malcolm n’échappe pas à la règle ! Il a beau être une crème, il est assez exclusif et ne voit pas d’un très bon œil les mâles de grande taille. Pour les humains, c’est la même chose. Il a beau être très friendly, il vit un peu dans une bulle et c’est lui qui décide si vous faites partie de son univers ou pas. L’akita n’est pas une race facile. Il peut être à la fois nounours protecteur et affectueux et avoir des réactions inappropriées. En ce moment il y a un effet de mode sur les chiens japonais, et les gens n’ont pas conscience que ce sont des animaux aussi beaux que compliqués. Ils ont des instincts plus marqués, ils sont plus prudents, plus méfiants et ont une tendance à être « réactif » aux autres chiens.

Sur mon blog je mets en garde les futurs adoptants sur le caractère des akita et donne des conseils afin d’éviter les mauvais choix et les abandons.

•   Justement, comment sociabilise t’on un akita ?

L’akita inu est plus svelte et plus léger que son compère américain qui a une morphologie molossoïde. Malcolm pèse 52 kilos et un chien de ce poids nécessite d’être bien socialisé, bien éduqué pour qu’il puisse évoluer en public normalement sans que son propriétaire se laisse déborder par son caractère et son comportement. Il faut savoir être ferme tout en étant juste et respectueux. Malcolm est bien dans ses pattes, mais il n’est pas prêt à faire n’importe quoi n’importe quand parce que je lui demande. Ces chiens ne sont pas réputés pour être très obéissants, mais avec un travail régulier et persuasif ils sauront vous faire plaisir.

•   Quelles sont ses activités préférées ?

La sieste, la sieste et encore la sieste ! C’est un gros feignant. Sinon Malcolm adore se balader. Je privilégie les endroits dégagés, où je peux voir loin, et anticiper la venue d’un autre chien. Lors des shootings photos, je ne lui impose rien, je le laisse évoluer et c’est comme ça que j’obtiens les meilleures poses. L’akita a une prestance naturelle et du coup je n’ai pas grand-chose à faire pour obtenir de belles photos. Nous travaillons à sa demande, en respectant son humeur, ses envies et sa fatigue.

•   Comment se déroule la cohabitation avec son nouveau petit frère ?

J’ai adopté Mandel, un chat Highland Lynx réputé pour très bien s’entendre avec les chiens. D’ailleurs on les appelle les « chats-chien ». Mais je savais qu’il pouvait y avoir un risque d’incompatibilité d’humeur avec Malcolm qui n’est pas un fan absolu des matous. J’avais prévenu l’éleveur que si la cohabitation devenait compliquée, je ne prendrai pas le risque de le garder. Contre toute attente, leur rencontre s’est passée à merveille. Au départ j’avais peur de l’instinct de prédation de Malcolm. Je me disais que si le Mandel détalait en courant, il n’en ferait qu’une bouchée. Mais au contraire, ils se sont apprivoisés progressivement et aujourd’hui c’est Mandel qui fait la loi !

•   Malcolm a-t-il un petit défaut qui vous énerve et/ou un trait de caractère qui vous fait fondre ?

Contrairement à Mandel, Malcolm n’est pas câlin du tout. En revanche, il a une patience d’ange avec le chat. Il beau être imposant, il est très calme et sait se faire tout petit jusqu’à se faire oublier. Tant qu’il a ses promenades quotidiennes, l’akita est un chien qui s’adapte très bien à la vie en appartement et en dehors de ses sacro-saintes siestes, Malcolm n’est pas débordé d’activités.

•   Malcolm a-t-il un petit défaut qui vous énerve et/ou un trait de caractère qui vous fait fondre ?

Fais-moi un massage ! C’est tout le paradoxe de ce chien. Il adore les massages mais pas les câlins.

Retrouver sur Instagram : Malcolm_the_akita & Mandel.lynx

 

Malcolm_the_akita_magazine_City_Pattes
Malcolm_the_akita_magazine_City_Pattes2
Malcolm_the_akita_magazine_City_Pattes4
Malcolm_the_akita_magazine_City_Pattes5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.