Parasites externes du chien et du chat : mettez votre compagnon sous haute protection ! - City Pattes

Traitement antiparasitaire externe : votre compagnon sous haute protection !

parasites externes du chien et du chat

Chiens et chats sont, malgré eux, les hôtes naturels de vilains parasites externes. Présents dans
l’environnement, ils peuvent infester votre animal lors d’une balade en campagne, en forêt ou lors d’un contact avec un congénère infecté. Du petit désagrément à la maladie plus sérieuse en passant par une possible transmission à l’homme, nos boules de poils sont exposées pendant l’année à différents parasites comme les aoûtats, les poux, les puces ou encore les tiques. Aujourd’hui, le meilleur des traitements reste la prévention et pas uniquement pendant les beaux jours ; certains de ces parasites externes du chien et du chat sont actifs même l’hiver !
City Pattes vous informe et vous guide sur les règles à suivre lorsque vos petits compagnons ont de la
compagnie !

pourquoi les chiens

La puce est le plus fréquent des parasites externes chez le chien et le chat. Elle peut piquer plusieurs fois par jour et se nourrit du sang de ses hôtes. Sa grande capacité de reproduction explique une infestation massive et rapide. Sautant rapidement d’un animal à l’autre, la puce peut transmettre des vers (certains ténias) ainsi que des bactéries (maladie des griffes du chat).

  • Certains animaux contaminés ne présentent que quelques démangeaisons. D’autres, allergiques
    à certaines protéines contenues dans la salive des puces qui les parasitent, vont avoir des
    lésions cutanées importantes : prurit démentiel, exéma lombaire majeur. Afin de prévenir toute
    infestation par les puces, vous devez traiter régulièrement votre animal : collier, pipette, comprimé et décontaminer votre environnement : spray et Fogger.
    Dans les cas sévères, votre vétérinaire vous prescrira un traitement curatif sous forme de lotion
    apaisante ou d’anti-inflammatoire.

La tique est un acarien présent dans toute l’Europe qui se nourrit du sang de nos petits compagnons. Elle se développe à des températures comprises entre 0° et 20°C ce qui explique sa présence tout au long de l’année dans les régions tempérées. Le véritable danger des tiques est la transmission de maladies potentiellement graves comme la piroplasmose ou la maladie de Lyme (borréliose) dont l’issue peut parfois s’avérer fatale.

  • Les symptômes étant variés, tout propriétaire ayant constaté la présence d’une tique sur son
    chien associée à un comportement anormal doit consulter son vétérinaire.

Limiter les accès aux zones pouvant servir de refuge aux tiques
Inspecter sa fourrure après chaque balade
Utilisez des antiparasitaires renouvelés régulièrement et à effet rémanent
Si tique à bord… la retirer immédiatement mais pas n’importe comment !
Utiliser un crochet (ou une pince) prévu à cet effet qui permettra de la retirer sans aucun risque.

Les aoûtats sont des acariens saisonniers dont les larves se nourrissent du sang des animaux y compris celui des hommes. Caractérisés par leur couleur rouge, mais invisibles à l’oeil nu, ils sévissent dans les jardins, les prairies et autres zones naturelles entre juillet et septembre.

  • Les aoûtats provoquent de fortes démangeaisons formant des lésions cutanées entre les doigts,
    sur la face, autour des yeux et dans les plis des membres. Le traitement consiste à appliquer
    des insecticides locaux pour éliminer les larves et à administrer un anti-inflammatoire pour calmer les démangeaisons. Pendant la saison sèche, veillez à maintenir à distance vos animaux des zones infestées.

A chacun son pou : piqueur et broyeur chez le chien ou pou broyeur chez le chat. La bonne nouvelle est qu’ils ne peuvent pas se contaminer mutuellement et qu’en France, le pou est peu répandu chez nos animaux domestiques. Néanmoins, on les trouve parfois parasitant les jeunes chiots. Cette infestation sans gravité est le plus souvent due à un manque d’hygiène dans les portées. Les animaux infestés présentent des démangeaisons avec des pellicules disséminées. Ils seront traités à l’aide d’un antiparasitaire externe.


COUPS DE COEUR
SHOPPING

CONSEILS

Nos animaux de compagnie sont particulièrement sensibles aux puces, tiques, poux, acariens, mélophages. Pour éviter qu’ils soient infestés, votre vétérinaire traitant préconisera un traitement antiparasitaire conçu et adapté à votre animal, selon sa race, son mode de vie et son lieu d’habitation.
Ne pas faire l’impasse sur le traitement de l’environnement de l’animal (habitation, lieu de vie, couverture, panier etc.).
Attention ! Certains antiparasitaires externes pour chiens sont extrêmement toxiques pour les chats. Demandez conseil à votre vétérinaire afin d’éviter tout accident.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *