Congrès AFVAC Nantes 2017 : Véto 2.0, la mutation.

Congrès AFVAC Nantes 2017 : Véto 2.0, la mutation.

City-Pattes-AFVAC

La rédac de City Pattes a eu le plaisir de découvrir le congrès de l’AFVAC (Association Française des Vétérinaires pour Animaux de Compagnie) qui s’est tenu à Nantes du 23 au 27 novembre 2017 autour de la thématique : « Véto 2.0, la mutation ».

Former et informer les vétérinaires.

AFVAC, cet acronyme peu connu du grand public constitue pour les praticiens un référent dont la mission s’articule autour de différentes actions :

Proposer des formations régulières aux professionnels de la santé animale : vétérinaires, ASV et éleveurs ;

Apporter un soutien technique aux instances professionnelles et gouvernementales sur des sujets aussi vastes que l’antibiothérapie, la santé animale ou les médicaments vétérinaires.

Créée en 1958, l’Association Française des Vétérinaires pour Animaux de Compagnie a, dès 1961, initié son 1er congrès à Bordeaux. 56 ans plus tard, l’édition de Nantes ne faillit pas à la réputation du congrès AFVAC avec plus de 6000 vétérinaires et congressistes internationaux réunis durant 5 jours.

Accueillis par Jean-François ROUSSELOT – Vice-président de l’AFVAC délégué aux affaires nationales – et Marie-Hélène PIETTE – Trésorière de l’association – le congrès que nous découvrons se révèle très, très (la répétition est volontaire) professionnel. Car ici tout est structuré pour que les praticiens bénéficient d’une information complète avec plus de 120 modules associant formations, travaux pratiques et échanges d’expériences dispensés.

 

Affiche AFVAC

Numérique et objets connectés au service de la profession.

Vous l’aurez compris, la profession se forme régulièrement pour être au fait des dernières évolutions liées à la santé animale…mais pas que ! En témoigne la thématique « Véto 2.0, la mutation » qui annonce une ère nouvelle et déjà omniprésente : celle d’une médecine ultra-connectée pour gagner en réactivité, en précision et en gestion des pathologies. L’apport de l’imagerie 3D dans les diagnostics par exemple ou de l’impression 3D pour reproduire à l’identique une déformation osseuse pour mieux la comprendre et la corriger.

Mais la mutation 2.0 ne touche pas seulement au médical, elle suscite aussi, comme le souligne Claude Béata, Président du Conseil Scientifique de l’AFVAC, “un changement profond dans les mentalités : organisation du temps de travail, cohabitation des différentes générations, prise en compte de façon massive du bien-être de l’animal, du client mais aussi de l’équipe et du praticien ».

Plus d’infos sur le congrès AFVAC sur www. afvac-lecongres.com

IMG_2569

Marie-Hélène Piette & Jean-François Rousselot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *